Groupe Spéléo Alsace

C'est sous terre que ça se passe!

CR reunion du GSA 9 janvier 2018

CR reunion du GSA 9 janvier 2018

Date

09/01/2017

Présents

Fred S, Guillaume, Alison, Jordan, Florian, Adrien, Gilles, Bernard, Jean-Claude, Louisa

Les formalités

Inscription 2018

Voici la liste des personnes inscrites pour l’année 2018 :

  • CHEVASSU Bernard
  • DELAIRE Sylvie-Aline
  • DUVAL Thomas
  • GOUGY Gilles
  • HENRY Gilles
  • JAEGY Adrien
  • JAKOBS Louisa
  • POINT Jean-Claude
  • RITTER Alison
  • ROUET Olivier
  • RUGINIS Jordan
  • SITCHEVOY Frédéric
  • SITCHEVOY Maxime
  • SPENLE Michel
  • STRUB Guillaume
  • STRUB Vincent
  • ZIPPER Eric

Comme vous pouvez le voir, il reste encore des personnes qui ne se sont pas réinscrite ou qui n’ont pas rendu leur certificat médical. Attention, vous n’êtes plus fédéré ni assurés!
Pour les autres, vous pouvez avoir accès à votre compte à cette adresse : https://avens.ffspeleo.fr

Remboursements des frais

En prenant comme modèle ce que fait le CDS, nous proposons de mettre en place pour les chauffeurs la déduction des frais kilométrique des impôts lors de sorties d’initiation. La procédure complète est détaillée ici : http://association.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_pratique_frais_des_benevoles_2015.pdf

Le compte rendu des réunion servira de preuve quant à la présence des participants aux sorties.

Les idées

Prospection

Fred et Bernard proposent de recommencer à faire des prospections. Ont été proposés : la mine Fanny près du lac de Kruth, le secteur de Lucelle, de Winkel. Faut-il des autorisations? Est-il possible d’entretenir les entrées des mines d’Urbès? Lundi prochain, Bruno sera mis dans la boucle.

Pour le repérage, il est possible d’utiliser le BRGM qui référence tous les trous : http://infoterre.brgm.fr/

Comptes rendus

Pour faciliter le travail du webmaster, il serait bien que les personnes participant à une sortie écrivent un résumé à la fin de la sortie. Il pourrait être écrit dans le mail indiquant qu’ils sont bien sortis du trou. Il faudrait que figurent la liste des participants, la date, le lieu, et une ou deux phrase de récit.

Sorties du mois passé

27/12/2017 : Gouffre des ravières et Trou des curés

Jean Claude, Guillaume, Frédéric S, Adrien

Voici l’excellent compte rendu rédigé par Frédéric :

Gouffre des ravières
Arrivé à Orchamps, nous avons facilement trouvé le trou grâce à Jean-Claude et c’est lui-même qui a mis en place l’équipement d’entrée.
Arrivé au bas d’un éboulis, au fond d’une vaste et grandiose salle, Jean-Claude nous a proposé de le suivre pour aller vers la suite et c’est finalement après avoir fait le tour complet de cette première salle que nous avons trouvé le passage.
Petit tour qui nous a permis de faire quelques belles photos à côté d’un petit écoulement d’eau venant du plafond.
La deuxième salle nous est apparue encore plus grande. Petites tentatives de photos mais hélas personne étant équipé d’une méga lampe spéléo il fallait pas espérer obtenir un bon résultat !
La pause déjeuner de faite, avec pour certains, sandwich au foie gras et autres restes de fête, nous avons pris le chemin du retour. Quelques dernières photos de prises avant de déboucher à l’air libre.
Grotte assez impressionnante car les deux salles sont très volumineuses.
TPST : 2h environ

Le Trou Des Curés.
Ne connaissant pas l’emplacement de la cavité, c’est avec les seules coordonnées indiquées dans l’inventaire spéléologique que nous avons repris la route.
Après quelques demi-tours avec la voiture et à cause de la neige abondante, nous nous sommes garés tant bien que mal au bord de la route la plus proche du pointage GPS. L’endroit avait l’air de correspondre avec ce qui était indiqué dans le descriptif : un pan rocheux nommé rocher du corbeau. CORBEAU, qui, (avec le riche renseignement de Jean-Claude), pouvait également désigner un Curé pendant la révolution à cause de leur soutane noire et de l’estime que leurs portaient les anticléricaux).
Après environ 30mn de marche de plus en plus pénible, avec une couche de neige grandissante et avec l’espoir d’avoir effectivement les bonnes coordonnées, c’est Adrien qui d’un coup nous a envoyé de vive voix (IL Y A UN TROU !) Quelle chance ! C’était bien le Trou Des Curés car quatre entrées distinctes comme indiqué sur la topographie.
Nous avons choisi l’entrée A de la topographie car à l’abri et avec un bon accès au P14 pour équiper. Mais ! Et c’est ça la petite surprise, le courant d’air passant par cette entrée était tellement glacé qu’à l’équipement en quelques secondes nos doigts étaient gelés à travers les gants ! (C’était encore pire au retour ou une fine couche de glace s’était formée sur la roche, enveloppant les spits et les plaquettes.) Aie les doigts pour démonter l’équipement !!
Cette difficulté passée, au bas du puits nous avons pris pieds en partie haute d’un éboulis qui se termine à -37m en face de nous.
Pour nous c’est à droite qu’il faut aller. Nous avons de suite remarqué que les parois étaient très concrétionnées et blanches. Ce qui prouve qu’il y a peu de passages. (Dans l’inventaire il est noté : Cavité fragile, ne pas utiliser pour des initiations massives) Nous avons également aperçu dès l’entrée plusieurs chauve-souris et idem dans la salle suivante qu’on a rejoint en passant par un ressaut de 2m puis une étroiture.
Particularité de la deuxième salle : une belle colonne de calcite d’environ 3m de diamètre à la base. Ensuite par un passage d’une dizaine de mètres assez étroit et en déclinaison on a rejoint la partie notée tobogan. (A équiper car sinon le retour paraît difficile) pour arriver dans une jolie petite salle encore plus concrétionnée. Au bas de celle-ci Guillaume a équipé. Cela pour atteindre a côte -52m qui est le terminus de cette grotte car impénétrable par l’eau à ce niveau à cause d’une barrière de marne. Cette grotte n’est pas grande mais très jolie. Il y a de la calcite partout. eu de spéléos doivent y venir ce qui conserve bien sa beauté. Pour finir retour vers la sortie. Adrien s’est occupé du déséquipement des puits du fond et guillaume et moi avons démonté l’entrée en nous gelant les doigts. Retour à la voiture de nuit sous la neige.
Bonne journée spéléo très intéressante et pour les prochains qui voudraient aller au Trou Des Curés : Les coordonnées dans l’inventaire spéléologique du Doubs sont rigoureusement exactes.
TPST : 3h environ

Quelques photos du gouffre des Ravières

Speleo 2017 GOUFFRE DES RAVIèRES 2017-12-27

Et les photos du trou des curés

06/01/2018 : Découverte des réseaux de Lucelle en crue

Guillaume et Bernard se sont promenés dans le coin de Lucelle ce week-end pour réaliser des repérages. Voir l’excellent résumé de Bernard :

L’objectif était double: voir l’état des résurgences des environs de Lucelle, après les fortes pluies des jours précédents, faire découvrir des cavités sundgauviennes à Guillaume, qui, bien que passant à proximité fréquemment, en ignorait la localisation.

La surprise fut d’abord de constater que le niveau de l’eau n’était pas du tout aussi élevé qu’attendu, le pic des crues ayant eu lieu jeudi en soirée. Une fois de plus, force est de constater que le niveau d’une rivière souterraine connaît une variabilité extrême, dans un sens comme dans un autre, le siphon de Lucelle nous ayant donné souvent l’occasion de le constater.

Premier arrêt, à la source de Lucelle, à l’arrière du monastère, à flanc de colline, juste après le porche qui précède le chemin de croix: elle coule abondamment, mais ne se trouve sous pression comme c’est parfois le cas.

Deuxième arrêt à la résurgence des « sourciers », la plus lointaine par rapport à l’abbaye de Lucelle: pas le moindre filet d’eau n’en sort, ce qui signifie que l’ensemble du réseau souterrain n’est pas noyé.

De ce même arrêt, nous nous rendons au gouffre du Petit Kohlberg, petite salle souterraine, au pied d’un puits de quelques mètres de profondeur. Nous ne trouvons pas de suite son entrée, mais Guillaume, grâce à son inséparable smartphone, nous ramène vite sur le droit chemin. Notre parcours sur les pâturages du petit Kohlberg nous permet d’admirer les cabrioles d’un chevreuil en pleine forme, partagé entre l’envie de fuir et celle de regarder quels sont ces intrus.
Troisième visite, celle du Silberloch: le petit pont qui traverse la Lucelle ayant été emprunté, nous nous trouvons rive droite, côté suisse et suivons la rivière par un sentier bien marqué. Nous apercevons, de l’autre côté de la route internationale, le siphon de Lucelle, et poursuivons notre chemin, jusqu’à parvenir au bord d’un torrent. Remontant ce dernier, rive gauche, nous suivons désormais un vallon extrêmement encaissé, glissant à souhait, aux pentes encombrées de troncs d’arbres. Ce n’est guère une partie de plaisir, mais nous parvenons enfin au pied de la falaise recherchée. Le Silberloch est bien là, un petit torrent en sort, mais la cascade elle-même, sur sa droite, est à sec. Le retour se fait par la rive droite du torrent, en quittant le lit de la rivière pour emprunter un sentier forestier et passer par la ferme de Lai Prirre. Le parcours est plus long, mais plus agréable aussi.

Reprenant la voiture, nous marquons un arrêt au siphon de Lucelle: ce dernier a son lit encombré de branchages divers, mais n’est pas à son maximum. Par contre, j’ai la nette impression que la masse de roche qui le surplombe a tendance à glisser vers le bas, pouvant être amenée à en obstruer en partie l’entrée.

Puis, laissant la voiture sur le parking de Lucelle, près de la chapelle, nous traversons le sentier sur le barrage et longeons, rive droite le lac, et poursuivons notre cheminement jusqu’à trouver l’indication « les grottes ». Il s’agit en fait de magnifiques porches, sans doute occupés lors de la préhistoire, la situation en bord de cours d’eau, sur un passage obligé du gibier, favorisant la chasse comme la pêche.

Retrouvant les voitures, nous reprenons la route de Ferrette, et marquons un dernier arrêt au gouffre du Kaybenloch. Pour le trouver, en venant de Lucelle, peu après l’embranchement pour Porrentruy, sur la gauche, s’arrêter au niveau de panneaux marquant la limitation de vitesse à 70 km/l. Dans le bois, repérer un coffrage en béton, surmonté de deux couvercles métalliques qui ferment l’entrée du gouffre. Les pierres lancées dans le gouffre ne témoignent pas de la présence d’eau, comme c’est le cas lorsque les puits sont noyés.
C’est sur ce constat que se termine notre petit périple sundgauvien.

Par rapport aux crues, Bernard nous propose une petite compilation de photos qui montre des cours d’eau à sec et en crue.

Prochaines sorties

Initiation aux cavottes

Le 14 janvier, deux groupes de 9 sont déjà constitués. Rdv au MacDo à 8h30.

Porte des étoiles au Neuvon

Nous voudrions prévoir pour le début de cet été une sortie sur plusieurs jours à la porte des étoiles au Neuvon. La cavité consiste en une centaine de mètres de puits, suivie d’une randonnée souterraine avec bivouac.

Réunion mensuelle

On ne change rien aux habitudes, la prochaine réunion aura lieu le 13 février à 20h.