Speleo 2017
photos sorties club
Speleo 2017 GOUFFRE DES RAVIèRES 2017-12-27

Arrivé à Orchamps, nous avons facilement trouvé le trou grâce à Jean-Claude et c'est lui-même qui a mis en place l'équipement d'entrée.
Arrivé au bas d'un éboulis, au fond d'une vaste et grandiose salle, Jean-Claude nous a proposé de le suivre pour aller vers la suite et c'est finalement après avoir fait le tour complet de cette première salle que nous avons trouvé le passage.
Petit tour qui nous a permis de faire quelques belles photos à côté d'un petit écoulement d'eau venant du plafond.
La deuxième salle nous est apparue encore plus grande. Petites tentatives de photos mais hélas personne étant équipé d'une méga lampe spéléo il fallait pas espérer obtenir un bon résultat !
La pause déjeuner de faite, avec pour certains, sandwich au foie gras et autres restes de fête, nous avons pris le chemin du retour. Quelques dernières photos de prises avant de déboucher à l'air libre.
Grotte assez impressionnante car les deux salles sont très volumineuses.
TPST : 2h environ

Speleo 2017 TRAVERSéE DU LANçOT 2017-10-14

C'était une bonne sortie, on a enfin pu la faire cette traversée !

Donc on a commencé par améliorer l'équipement d'accès à l'entrée supérieure :
- doublement du premier fractionnement (monopoint) -> spit installé, il faut installer une plaquette + dyneema à demeure
- remplacement d'une corde de remontée + MC hors service (corde de 1999, un arbre est tombé dessus depuis la dernière fois que nous sommes venus)
- installation de spits supplémentaires pour la MC d'accès à l'entrée (prévoir amarrages à laisser sur place, il y a assez de rab dans la nouvelle corde pour adapter l'équipement) -> sortie de plan incliné facilitée et réduction de la longueur entre deux amarrages
Du coup on a laissé le matos (perfo + cordes pour équipement fixe) à l'entrée, Fred et Jean Yves sont allés les récupérer après la traversée

On rentre vers 17h

A l'intérieur, les cordes de remontée sont en bon état, il y a une MC dans la grande diaclase dont l'équipement laisse à désirer (confort + amarrages sur projections, faut pas les regarder trop méchamment).
Ensuite, galerie de la margarine (ca glisse tout seul !), remonter dans une galerie juste au-dessus et on arrive à la salle de la Sorcière.
Corde en place pour accéder à la tête de rappel dans la cheminée artificielle, mais tête de rappel remplacée (sangle usée et maillon rapide installé de telle sorte que si un des deux amarrages pète, c'est la chute). Une dyneema laissée en place, arrivée dans un bassin.
Il vaut mieux ne pas traîner dans cette galerie si ça se met en charge...
Ensuite, une vire en fixe au-dessus des bassins, corde en mauvais état mais risque faible (plouf de pas très haut si ça casse), arrivée au sommet de la C17.
Là, ça se gâte. Equipement hors-crue en fixe dans la diaclase à gauche. Ici les crues doivent être tellement violentes qu'un câble en inox (attention aux mousquetons !) a été installé en fixe : l'état des cordes en témoigne.
Donc en gros, on a une diaclase descendante sur quelques mètres, puis une vire permettant d'attraper la corde de descente (en fixe).
Le gros souci de cet équipement... Le câble est fixé sur des anneaux en acier, qui ont été rongés soit par usure mécanique, soit par réaction électrochimique (voir photos). De plus, la corde installée en double est directement passée dans ces anneaux et se retrouve cisaillée par le câble -> corde supprimée sur sa longueur abîmée et équipement réadapté. Tête de puits sur un huit et un chaise mal sécurisé, j'ai fait une clé comme j'ai pu (en principe le huit seul aurait suffi, la MC double cet amarrage).
La suite est en bien meilleur état, une vire permet d'accéder au sommet du porche où une tête de rappel nous attend. Il y a une corde en place mais elle est trop tendue, on a "oublié de la décrocher en bas". Après analyse elle ne se décroche pas, c'est en fait une corde de guidage permettant de faire un rappel guidé évitant de finir sous la cascade et dans le lac s'il y a de l'eau.

Sortie du trou vers 23h.

Voilà, donc la traversée est faisable 🙂

Speleo 2017 TROU DES CURéS 2017-12-27

Le Trou Des Curés.
Ne connaissant pas l'emplacement de la cavité, c'est avec les seules coordonnées indiquées dans l'inventaire spéléologique que nous avons repris la route.
Après quelques demi-tours avec la voiture et à cause de la neige abondante, nous nous sommes garés tant bien que mal au bord de la route la plus proche du pointage GPS. L'endroit avait l'air de correspondre avec ce qui était indiqué dans le descriptif : un pan rocheux nommé rocher du corbeau. CORBEAU, qui, (avec le riche renseignement de Jean-Claude), pouvait également désigner un Curé pendant la révolution à cause de leur soutane noire et de l'estime que leurs portaient les anticléricaux).
Après environ 30mn de marche de plus en plus pénible, avec une couche de neige grandissante et avec l'espoir d'avoir effectivement les bonnes coordonnées, c'est Adrien qui d'un coup nous a envoyé de vive voix (IL Y A UN TROU !) Quelle chance ! C'était bien le Trou Des Curés car quatre entrées distinctes comme indiqué sur la topographie.
Nous avons choisi l'entrée A de la topographie car à l'abri et avec un bon accès au P14 pour équiper. Mais ! Et c'est ça la petite surprise, le courant d'air passant par cette entrée était tellement glacé qu'à l'équipement en quelques secondes nos doigts étaient gelés à travers les gants ! (C’était encore pire au retour ou une fine couche de glace s'était formée sur la roche, enveloppant les spits et les plaquettes.) Aie les doigts pour démonter l’équipement !!
Cette difficulté passée, au bas du puits nous avons pris pieds en partie haute d'un éboulis qui se termine à -37m en face de nous.
Pour nous c'est à droite qu'il faut aller. Nous avons de suite remarqué que les parois étaient très concrétionnées et blanches. Ce qui prouve qu'il y a peu de passages. (Dans l'inventaire il est noté : Cavité fragile, ne pas utiliser pour des initiations massives) Nous avons également aperçu dès l'entrée plusieurs chauve-souris et idem dans la salle suivante qu'on a rejoint en passant par un ressaut de 2m puis une étroiture.
Particularité de la deuxième salle : une belle colonne de calcite d'environ 3m de diamètre à la base. Ensuite par un passage d'une dizaine de mètres assez étroit et en déclinaison on a rejoint la partie notée tobogan. (A équiper car sinon le retour paraît difficile) pour arriver dans une jolie petite salle encore plus concrétionnée. Au bas de celle-ci Guillaume a équipé. Cela pour atteindre a côte -52m qui est le terminus de cette grotte car impénétrable par l'eau à ce niveau à cause d'une barrière de marne. Cette grotte n'est pas grande mais très jolie. Il y a de la calcite partout. eu de spéléos doivent y venir ce qui conserve bien sa beauté. Pour finir retour vers la sortie. Adrien s'est occupé du déséquipement des puits du fond et guillaume et moi avons démonté l'entrée en nous gelant les doigts. Retour à la voiture de nuit sous la neige.
Bonne journée spéléo très intéressante et pour les prochains qui voudraient aller au Trou Des Curés : Les coordonnées dans l'inventaire spéléologique du Doubs sont rigoureusement exactes.

TPST : 3h environ

Année précédente   Index  Année suivante